Quel type de gestion exercez-vous au travail?

Il existe des dizaines de modèles de gestion dans les environnements de travail. On retrouve des modèles bureaucratique, adhocratique, démocratique, en bref, notre type de gestion dépend de notre philosophie face à nos employés. Veut-on être directif et pousser simplement l’information vers des exécutants? Veut-on écouter l’ensemble du groupe et passer au vote lorsqu’une décision majeure doit être prise? La manière de diriger nos équipes de travail a un impact direct sur le degré de motivation et d’engagement des employés.

Avec les changements de générations, on fait face à un « clash ». Les différentes tranches d’âge ne partagent pas les mêmes valeurs. Il est difficile de s’y retrouver et d’exercer un leadership précis lorsque la clientèle interne (nos employés) sont si diversifiés. C’est pourquoi l’holacratie est un modèle de gestion à connaître. « L’holacratie est un système d’organisation de la gouvernance, fondé sur la mise en œuvre formalisée de l’intelligence collective. Opérationnellement, elle permet de disséminer les mécanismes de prise de décision au travers d’une organisation fractale d’équipes auto-organisées. » En d’autres mots, rendre les équipes de travail autonome, développer leur sens du jugement et apprendre à leur faire confiance.

Cette méthode de gestion est particulièrement intéressante puisqu’elle pousse l’individu à se développer. On ne demande pas aux employés d’être des robots mais bien de participer activement à la prise de décision dans leurs cellules de travail. Cette participation a un impact direct sur l’imputabilité de chacun des membres de l’équipe. Du coup, les employés sont responsables de trouver des solutions et n’attendent pas simplement qu’on leur dise quoi faire. On prône l’autonomie, la débrouillardise, le développement du jugement et on créée surtout au final une culture d’entreprise plus forte.

Vous vous demandez peut-être comment arriver à implanter un type de gestion de la sorte dans vos milieux de travail? Il faut commencer par croire que les personnes en place sont capables d’exercer un jugement et prendre des décisions. Ce ne seront pas toujours les bonnes ou celles que nous aurions prise, mais ce sont les employés qui doivent composer avec la conséquence de la décision. Il est important d’exercer une rétroaction et de faire un accompagnement dans les cellules de travail. La rétroaction et l’accompagnement sont des interventions constructives et dynamiques et ne peuvent qu’à long terme générer des retombées positives.

Pour changer notre modèle de gestion, il est important d’en discuter ouvertement avec les employés afin que ceux-ci saisissent le contexte et le pourquoi. Le changement doit se faire graduellement et avec l’aide de formations encadrées afin d’intégrer les notions désirées progressivement. Rien ne se fait facilement mais de souligner l’impact de l’engagement des employés auprès des équipes est une manière de développer sa culture d’entreprise et d’augmenter par la bande sa productivité. Des employés engagés sont plus motivés! Comment susciter un plus grand engagement? En leur donnant la responsabilité et l’imputabilité de leurs décisions! En croyant qu’ils sont capables de s’organiser et de générer des solutions dans leurs cellules de travail. En croyant qu’ils sont aussi capables collectivement de trouver des réponses et participer à la croissance de l’entreprise.

L’holacratie est un moyen de raccrocher nos multi-générations en alliant expérience et dynamisme! Bonne réflexion!