Les ressources humaines sont encore aujourd’hui gérées de façon très traditionnelle dans la majorité des entreprises. On y traite le recrutement, l’embauche, la dotation, la santé et la sécurité et le traitement des dossiers des employés. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre et de roulement d’employés élevé, le personnel RH en a plein les bras.

Le développement des employés et la formation sont mis de côté faute de temps, le temps étant notre pire ennemi dans la gestion des ressources humaines. La roue tourne et il devient difficile de réfléchir à de nouvelles stratégies, puisque les opérations et la productivité de l’entreprise sont directement affectées par les problèmes de main-d’œuvre.

Lorsqu’un employé quitte son poste, il faudrait se poser les questions suivantes :

  • Est-ce que l’entreprise a bien encadré cet employé ?
  • Est-ce que l’entreprise a fourni les bons outils à cet employé pour se développer ?
  • Est-ce que cet employé était heureux dans son travail et pourquoi ?
  • Est-ce que l’entreprise aurait pu éviter ce départ en abordant des problèmes non résolus ?

Globalement, les gens quittent leur travail parce :

  • Qu’ils ne se réalisent pas,
  • Parce qu’ils ont de mauvais patrons
  • Parce que leurs équipes ne sont pas soudées.

L’entreprise est avant tout un lieu de socialisation pour l’être humain. Un endroit pour se dépasser et pour interagir avec les autres dans le but d’évoluer. Le stress, les problèmes de santé mentale et l’anxiété de performance sont aujourd’hui bien présents dans les environnements de travail.

Comment intégrer ces problématiques « émotionnelles » dans la gestion des ressources humaines ?

Lire la suite dans le Journal Action PME https://journalactionpme.com/2019/08/ressources-humaines-et-croissance-personnelle-quand-lindividu-adhere-a-son-plein-potentiel/?fbclid=IwAR06AfE7gz4McfvjUzUsFQ8Ga8kID2hMpIouKlI57DOV_atv1abt2fzrOXI